UQAM - Université du Québec à Montréal Faculté des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  Nouvelles
Nouvelles

Le CRISE de l'UQAM reçoit une une subvention de 1,2 million de dollars

Montréal, le 25 août 2003 - Le Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE) de l’UQAM a reçu une subvention d’un million deux cents mille dollars pour offrir une formation post-doctorale multidisciplinaire et un Institut d’été sur la prévention du suicide. Grâce aux partenariats de l'Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies (des Instituts de recherche en santé du Canada, IRSC) et du Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ) le Programme stratégique de formation transdisciplinaire en recherche sur le suicide et sa prévention encouragera les chercheurs issus de différentes disciplines comme la psychiatrie, la psychologie, l’anthropologie, l’épidémiologie, la santé publique et les neurosciences à développer des habiletés de recherche de pointe au cours des six prochaines années. Cette subvention, l’une des plus importantes accordées à un centre de recherche, témoigne du dynamisme de l’équipe de chercheurs du CRISE qui jouit d’une renommée internationale. Ce programme de formation vient appuyer la mission de l’Institut de Santé et Société de l’UQAM inauguré en juin dernier pour aider les praticiens et les chercheurs en santé à mieux comprendre les problématiques de santé et contribuer au développement d'interventions préventives et thérapeutiques efficaces. Chaque année, le suicide fait plus d’un million de victimes. Plus de décès sont attribuables au suicide qu’aux actes terroristes, aux guerres et aux homicides combinés. Au Québec, le suicide représente la première cause de décès chez les hommes de 20 à 39 ans. "La prévention du suicide exige une étroite collaboration des chercheurs de plusieurs disciplines. Notre programme de formation interdisciplinaire contribuera à la compréhension des causes du suicide pour prévenir les tentatives et aider les endeuillés. Chaque suicide plonge en moyenne cinq à dix personnes dans le deuil. On ne peut évaluer avec exactitude la souffrance et les coûts entraînés par les pertes de vie conséquentes au suicide, mais nous pouvons en réduire les impacts négatifs et multiplier nos efforts pour les prévenir", rappelle le professeur Brian Mishara, directeur du CRISE. Novateur et interdisciplinaire, ce programme unique au Canada favorisera la spécialisation de chercheurs juniors et seniors qui s’enrichiront des connaissances de près de vingt mentors séniors composés de scientifiques du Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE), d’experts canadiens, français, américains et autraliens. Pour défier les frontières géographiques, la formation mise sur les nouvelles technologies (vidéoconférences et mentorat par internet) ainsi que sur des stages internationaux pour profiter de l’expertise de centres de recherche sur le suicide reconnus internationalement : l’Australian Institute for Suicide Research and Prevention; l’Union nationale pour la prévention du suicide et l’Institut national de santé et de recherche médicale (UNPS et INSERM, France); le Center for the Study and Prevention of Suicide de l’Université de Rochester (NY); le McGill Group for Suicide Studies de l’Hôpital Douglas (GMES); le Centre de recherche Fernand-Seguin de l’Hôpital Louis-H. Lafontaine. Le programme de formation post-doctoral sera offert à compter de septembre et dès l’été prochain les personnes intéressées pourront s’inscrire à l’Institut d’été. Pour obtenir plus de renseignements sur le programme, consultez le site www.crise.ca. Renseignements : Natalie Bourcier Responsable des communications Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie Téléphone : (514) 987-3000, poste 2283# Courriel : bourcier.natalie@uqam.ca

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : février 2006