UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al Facult� des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Daigle Marc
Professeur retrait, consultant en valuation de programmes
Universit du Qubec Trois-Rivires

Daigle,M. (2003). Analyse du comportement suicidaire sur le pont Jacques-Cartier [Rapport d'expertise remis la Socit des Ponts Jacques-Cartier et Champlain Inc.], Montral. 32 p.

Le contrle des moyens disponibles pour se suicider, dont linstallation de barrires anti-saut sur les ponts, nest quune des facettes de la prvention du suicide. Lefficacit dun contrle exerc au niveau dun moyen particulier nen est pas moins dmontre, du moins pour ce quil en est des gaz toxiques, des armes feu, des mdicaments et des ponts. De plus, au niveau des individus, les tudes semblent dmontrer quil existe chez plusieurs une prfrence pour une mthode particulire de se suicider, ce qui limiterait la possibilit dun dplacement (report vers une autre mthode pour se suicider). De la mme faon, le fait que la crise suicidaire soit trs souvent passagre (et mme influence par lambivalence ou limpulsivit) laisse croire quun individu donn, limit dans laccs un moyen, ne reporterait pas son projet plus tard ou sur un autre moyen. Au niveau de ltude des populations, les dmonstrations scientifiques sont parfois plus difficiles tablir. Nanmoins, il semble que, si un dplacement apparaissait vers dautres mthodes, il ne sexercerait que partiellement et plus long terme. Au moins deux exemples importants illustrent ce constatau niveau des populations: celui de la dtoxication des gaz domestiques et celui des lois contrlant laccs aux armes feu. Pour ce quil en est plus spcifiquement des contrles exercs sur des ponts, les valuations statistiques sont limites par le nombre relativement faible de suicides qui y surviennent. Nanmoins, les quelques rares tudes rpertories sur le sujet concluent une spcificit propre non seulement aux suicides raliss partir des ponts mais aussi aux suicides raliss partir dun certain pont. Do le peu de chance que des dplacements vers dautres moyens soient observs, court ou moyen terme, suite linstallation de barrires anti-saut. Le prsent rapport sappuie essentiellement sur des donnes scientifiques, publies la plupart du temps dans des revues internationales rvises par des pairs des chercheurs concerns. Les articles ont t recenss, par le psychologue consultant, dans sa banque de donnes personnelle, aux centres de documentation du Centre de recherche et dintervention sur le suicide et leuthanasie (CRISE, Montral) et du Suicide Information and Education Center (SIEC, Alberta), de mme que sur les sites WEB pertinents. La littrature qui a t consulte, sinon lue en profondeur le plus souvent, tait essentiellement amricaine, anglaise ou australienne. En effet, seuls trois documents officiels sont spcifiques aux suicides survenus sur le pont Jacques-Cartier. Les articles rpertoris ici rpondent donc le plus souvent au critre le plus rigoureux que nous puissions esprer, soit la rvision par des pairs participant ldition des revues scientifiques internationales. Par contre, pour ce quil en est prcisment du contenu de ces recherches reconnues scientifiquement, il faut voir quil ne rpond pas ncessairement tous les critres de la recherche dite exprimentale, ce qui est souvent le cas en psychologie. En effet, des devis de recherche vritablement exprimentaux ne peuvent pas tre utiliss ici. Cela supposerait une exprience o nous manipulerions de grands ensembles dtres humains et des investissements considrables, ce qui serait non seulement trs difficile, mais galement pas trs thique. Toutes ces contraintes nempchent quand mme pas que nous pouvons affirmer que les recherches rpertories sont trs fiables dans la plupart des cas. Par contre, elles ne permettent pas de pouvoir en arriver des conclusions hors de tout doute, comme en science exprimentale. Nanmoins, comme nous lavons vu plus haut, les cas tudis indiquent bien, selon ltat actuel des connaissances scientifiques, que le risque de dplacement vers dautres moyens de se suicider, advenant linstallation de barrires anti-saut sur le pont Jacques-Cartier, soit relativement faible, du moins court et moyen termes.

Cote : GD 015.3 e

http://www.crise.ca/e-docs/daigle2003_rapport_pont.pdf

Mise à jour : 1/9/2006

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al  ›  Mise � jour : f�vrier 2006