UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al Facult� des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Mishara Brian L.
Fondateur et directeur du CRISE, professeur
Universit du Qubec Montral

Mishara B.L. & Houle J. (2003). valuation des projets-pilotes d'aide aux hommes suicidaires par l'intermdiaire de leurs proches : Rapport final, Montral: Centre de recherche et d'intervention sur le suicide et l'euthanasie. 53 p.

Au Qubec, comme dans la plupart des socits du monde, les hommes sont 4 fois plus nombreux s'enlever la vie par suicide que les femmes. Les hommes adultes qui souffrent de dpression, de troubles d'abus ou de dpendance l'alcool ou aux drogues ou qui ont dj fait une tentative de suicide constituent les groupes les plus risque de suicide. Cependant, d'une manire gnrale, les hommes utilisent moins que les femmes les services offerts par les professionnels de la sant et les organismes communautaires, y compris les centres de prvention du suicide (CPS), alors que leurs proches, qu'ils soient membres de la famille ou amis, sont particulirement nombreux tlphoner sur la ligne d'intervention tlphonique des CPS pour recevoir du soutien et des conseils. L'intervention auprs des proches s'avre donc une alternative intressante pour aider les hommes haut risque de suicide qui ne demandent pas d'aide. En se basant sur les rsultats de consultations effectues auprs de proches d'hommes suicidaires, Suicide Action Montral a conu quatre projets d'intervention novateurs : le parrainage tlphonique, l'accs-direct, la rencontre familiale et la rencontre Info-plus, qui sont venus s'ajouter la rencontre d'information dj offerte depuis une dizaine d'annes. Cette tude value l'implantation et les effets de ces projets-pilotes. [...]. Les rsultats indiquent que, aprs la participation de leurs proches aux projets, les hommes ont moins d'idations suicidaires, font moins de tentatives de suicide et prsentent moins de symptmes de dpression. Par contre, les hommes n'utilisent pas plus de ressources d'aide et ne consomment pas moins d'alcool ou de drogues. Aprs leur participation, les proches vivent moins de dtresse psychologique, utilisent davantage de mcanismes d'adaptation positifs et valuent leur communication avec l'homme suicidaire comme tant plus aidante et de meilleure qualit. Cependant, les proches ne connaissent ni n'utilisent plus de ressources et il n'y a aucun changement en ce qui concerne leurs relations sociales. Les projets sont trs apprcis par les proches et le parrainage tlphonique est celui qui est considr le plus utile. Ces rsultats indiquent que ces projets aident les proches et les hommes suicidaires. De mme, les donnes du suivi indiquent que les amliorations pour les hommes suicidaires et leurs proches se sont maintenues six mois plus tard. L'absence d'un groupe tmoin empche toutefois de contrler le passage du temps, de sorte qu'une amlioration spontane demeure une possibilit. Il est cependant difficile de croire que l'ensemble des amliorations y soient rattaches.

valuation de programmes auprs des proches de personnes suicidaires.

Cote : RM 004

Mise à jour : 1/17/2005

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al  ›  Mise � jour : f�vrier 2006