UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al Facult� des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Renaud Johanne
Hpital Sainte-Justine

Renaud, J., Berlim, M.T., Seguin, M., McGirr, A., Tousignant, M. & Turecki, G. (2009). Recent and lifetime utilization of health care services by children and adolescent suicide victims: a case-control study. Journal of Affective Disorders , [xx], [xx-xx]

OBJECTIF : Dans cet article nous dcrivons une tude de cas-contrle sur lutilisation des services de soins de sant avant le suicide ( travers diffrentes priodes de temps) chez les enfants et les adolescents gs de 11 18 ans dans la province du Qubec, Canada et qui avaient des contrles de sant positifs. MTHODE : Lutilisation des services (i.e contact avec des praticiens gnraux, des professionnels de la sant mentale, des psychiatres et/ou des groupes de la protection de la jeunesse) taient examines diffrentes priodes de temps chez 55 enfants et adolescents victimes de suicides et 54 ont concord aux contrles communautaires utilisant les interviews et les questionnaires bass proxy. De plus, nous avons examins les taux de dtection de la psychopathologie par des professionnels de soin de sant, lutilisation de mdications psychotropiques et la rception du sujet face au traitement. RSULTATS : Bien que plus de 90% des enfants et des adolescents qui ont complts un suicide dans notre chantillon souffraient de troubles mentaux, une proportion importante dentre-eux tait laisse sans support de soins de sant appropris. Aussi, 20 % de suicids et aucun contrle sujet tait fait avant les tentatives de suicide. Spcifiquement, plus des deux-tiers des gens ayant complts un suicide navaient reus aucun contact/traitement dans le mois prcdent leur suicide, alors que seulement 12.7% (n=7) dentre-eux taient en contact avec des services psychiatriques durant cette mme priode de temps. En outre, 56.4% (n=31) des suicids navaient pas t diagnostiqus comme ayant un trouble mental au moment de leur mort, et 54.4% des sujets qui ont reus les traitements (12 sur 22) taient considrs peu rceptifs ou pas rceptifs du tout selon leurs dossiers mdical/psychosocial. Finalement, nous avons aussi trouver que les femmes semblaient avoir plus de contacts avec les services de sant mentale et psychiatrique dans le dernier mois, que les sujets avec des troubles anxieux et dpressifs recevaient plus daide des services psychiatriques et des services de sant gnraux dans la dernire anne. Et que le dernier mois dhospitalisation tait plus souvent associ avec labus dalcool et de psychose. LIMITATIONS : La taille relativement petite de lchantillon, et le design transversale. CONCLUSIONS :Nos dcouvertes indiquent le besoin dun augmentation gnrale chez les taux de services de soins de sant offerts au jeunes sujets risque pour le suicide, aussi bien quune meilleure formation des professionnels de la sant en ce qui concerne la dtection et le traitement de la psychopathologie de la jeunesse.

Pour accder au document, cliquez ici :
http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0165032709000068


Mise à jour : 10/11/2013

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al  ›  Mise � jour : f�vrier 2006