UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al Facult� des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Houle Janie
Professeure et directrice du Laboratoire Vitalit
Universit du Qubec Montral, Dpartement de psychologie

Houle J., Beaulieu M.D., Lesprance F. et al. (2010). Inequities in medical follow-up for depression: a population-based study in Montreal. Psychiatric Services, 61(3), 258-263. doi: 10.1176/appi.ps.61.3.258

OBJECTIFS : Le but de cette tude tait de mesurer la qualit des suivis mdicaux de la dpression dans un systme de sant universel-daccs et didentifier ces corrlations principales. MTHODES : Cette tude rtrospective dune cohorte de patients adultes qui ont reu des diagnostics de dpression entre Avril 2003 et Mars 2005 Montral, a utilis une banque de donnes administrative pour mesurer la qualit du suivi mdical dans les trois premiers mois du diagnostic. Les indicateurs dun suivi de soin adquat incluant avoir au moins une visite dun patient externe une famille physicienne ou une psychiatrique, la premire visite dans les 30 jours suivant le diagnostic, plus de la moiti des visites de suivi avec le mme physicien, et au moins trois visites de suivi. [RSULTATS : Durant la priode dtude, 41.375 Montralais gs de 18 ans et plus ont reus un nouveau diagnostic de dpression.] [Parmi ceux-ci, 90% (N=37,071) avaient au moins dune visite avec un physicien (praticien familiale ou psychiatre) dans les premiers trois mois du diagnostic, 59 % (N=24,295) ont bnfici dune continuit avec leur habituel, 50% (N=20,846) ont reus une visite prompte pour un suivi, et 48% (N=19,819) ont eu des contacts optimaux avec des praticiens. Un suivi mdical tait moins adquat pour les patients gs, les patients hommes, les patients vivants dans des quartiers trs dprivs, et les patients ayant des niveaux levs de morbidit. La qualit du suivi mdical tait meilleure lorsque chaque famille, physicienne et psychiatre taient impliques. CONCLUSIONS : Les rsultats suggrent que laccs universel facilite les contacts optimaux des praticiens durant la phase de traitement aigu de la dpression. Cependant, malgr laccs universel, les dcouvertes rvlent que quelques ingalits persistantes.

Pour accder au document, cliquez ici :
http://dx.doi.org/10.1176/appi.ps.61.3.258


Mise à jour : 10/11/2013

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al  ›  Mise � jour : f�vrier 2006