UQAM - Université du Québec à Montréal Faculté des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Pouliot, L., Mishara, B. L., & Labelle, R. (2011). The Werther effect reconsidered in light of psychological vulnerabilities: Results of a pilot study. Journal of Affective Disorders, 134(1-3),488-496.

BACKROUND: Les résultats de trois décennies d’études épidémiologiques suggèrent que la diffusion médiatique d’histoires relatant le suicide est reliée aux augmentations des comportements suicidaires chez la population exposée à ces informations. Cependant, nous savons encore peu sur le processus psychologique et les vulnérabilités personnelles qui incitent des gens à s’engager dans des comportements suicidaires après une exposition à des médias qui présentent le suicide. Cette étude transversale a explore la possibilité de l’impact de l’exposition aux films sur le suicide chez les jeunes gens bien normaux. MÉTHODES: Les étudiants de premier cycle d’une université (en moyenne 23 ans) ont complétés un questionnaire sur l’exposition à la représentation du suicide dans les films de fiction, dans lequel une évaluation des réactions négatives émotionnelles et cognitives résultant à l’exposition, aussi bien que la réactivité émotionnelle, la dissociation, le refoulement, et des tendances suicidaires ont été faites. RÉSULTATS: Des 101 participants, 70 % ont signalés être troublés par la représentation du suicide dans les films de fiction. Parmi ceux-là, 33% ont affirmés ressentir un trouble pendant plusieurs jour à plusieurs semaines à cause de cette représentation. La majorité des participants affectés (71%) ont indiqués avoir été mentalement préoccupés pendant un moment par cette représentation et ont expérimentés des souvenirs intrusifs (68%). Une réactivité émotionnelle et des tendances dissociatrices étaient des indicateurs significatifs des réactions négatives à propos du film sur le suicide qu’ils ont visionnés. Les participants qui ont signalés que l’idée d’imité le protagoniste suicidaire du film leur avait traverser l’esprit étaient 3.45 fois plus enclin à être suicidaires et tendaient à représenter une plus forte dissociation et des propensions au refoulement comparé à ceux qui n’ont pas reportés ce genre de pensées. LIMITATIONS: Les résultats démontre des influences possibles de la représentation du suicide dans un film de fiction sur les cognitions reliées au suicide étaient basées sur un questionnaire méthodologique. CONCLUSION: Les résultats suggèrent que les représentations fictionnelles du suicide dans les médias peuvent avoir un impact délétère sur les spectateurs, et de tels impacts n’apparaissent pas comme étant limités au gens qui ont un profile clinique de troubles mentaux, comme l’assumait précédemment le chercheurs dans le domaine.

Pour accéder au document, cliquez ici :
http://dx.doi.org/10.1016/j.jad.2011.04.050


Mise à jour : 10/10/2013

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : février 2006