UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al Facult� des sciences humaines
CRISE
UQAM  ›  CRISE  ›  
Publication du membre du CRISE

Bardon, C., Mishara, B. L., & Soares, A. (2018). valuation de diffrents protocoles de gestion dincident et de soutien aux employs aprs un incident grave. Montral, QC: IRSST

Lindustrie ferroviaire canadienne fait rgulirement face des incidents critiques (IC) associs des collisions avec des personnes ou des vhicules. Ces incidents peuvent occasionner des blessures graves, ou des dcs, parmi les victimes, mais aussi des problmes de sant mentale chez les ingnieurs et conducteurs oprant les locomotives. Chaque anne, environ 20 personnes dcdent lors de collisions avec un train au Qubec et une centaine au Canada. ces incidents mortels sajoute un nombre inconnu dincidents lors desquels des personnes ont t blesses ou des dgts matriels ont t constats. La plupart des ingnieurs et conducteurs de train seront exposs au moins une fois dans leur carrire ce type dvnement. Ils sont la fois tmoins, victimes, parties prenantes et souvent premiers rpondants lorsquun tel incident critique se produit. Une proportion importante des ingnieurs et conducteurs de locomotive retrouvent rapidement un niveau de fonctionnement personnel et professionnel satisfaisant et garde trs peu de squelles aux plans psychologique, social et fonctionnel. Le temps de rcupration aprs un IC peut toutefois tre long et les employs requirent un soutien pendant cette priode. De plus, entre 4 % et 17 % de ces employs vivront des troubles plus svres, incluant la dpression, ltat de stress aigu, ltat de stress post-traumatique ou des troubles anxieux. Il existe plusieurs approches cliniques efficaces pour rduire les symptmes post-traumatiques et une part importante de la recherche sest concentre sur ces traitements. Par contre, les besoins sont moins connus et les ressources sont plus rares pour ceux qui ne dveloppent pas de stress post-traumatique et vivent des effets ngatifs importants non diagnostiqus. Quelques tudes se sont intresses aux protocoles de gestion dIC et de soutien (PGICS) offerts par les employeurs et leurs recommandations visaient souvent mettre de lavant des pratiques visant rduire limpact potentiel des IC sur les employs et acclrer le retour au travail. Par contre, ces protocoles, mme sils sont fonds sur des tudes des consquences des IC et des besoins des employs, nont pas encore fait lobjet dvaluations empiriques. De telles valuations sont ncessaires pour dterminer les lments importants qui gnrent des effets positifs sur la rcupration des employs et pour promouvoir les recommandations fondes sur des connaissances scientifiques. Ce projet vise valuer les PGICS dj en place au Canada dans lindustrie ferroviaire et leurs effets sur les trajectoires de rcupration des employs victimes dun incident critique et de proposer les pratiques cls pour en rduire les effets ngatifs. Soixante-quatorze ingnieurs et conducteurs ayant vcu un IC ont t recruts pour participer ltude. Ils ont t interviews quatre reprises sur une priode de six mois tandis que neuf superviseurs rpondant aux mmes critres dinclusion ont t interviews deux fois sur une priode de trois mois. Une mthode mixte a t employe pour analyser le corpus de donnes, combinant des analyses statistiques et qualitatives afin de bien comprendre les liens entre les incidents critiques, les PGICS et la rcupration post-IC. Les perceptions et besoins des superviseurs qui se retrouvent en premire ligne de lapplication des protocoles et de loffre de soutien sont galement prsents. Les rsultats indiquent que les PGICS existants sont partiellement implants ou le sont de faon ingale selon les employeurs, les provinces et les types dIC. Entre autres, dans les IC sans dcs, les protocoles de gestion et de soutien ne sont pas compltement appliqus, mme si la sant des employs est affecte. Les IC ont des effets trs varis sur les employs. Lquipe de recherche a pu tablir cinq trajectoires de rcupration : pas deffets ngatifs, effets ngatifs qui disparaissent dans le mois suivant lIC, effets ngatifs qui diminuent rgulirement et disparaissent dans les trois mois suivant lIC, effets ngatifs qui atteignent un plateau entre un et trois mois avant de disparatre, effets ngatifs qui perdurent aprs six mois. Dans lensemble, les deux tiers des employs voient les effets ngatifs de lIC se dissiper plus ou moins rapidement dans le mois suivant lIC, 20 % des travailleurs ressentent toujours des effets significatifs aprs trois mois (trajectoire de plateau et deffets perdurant aprs 6 mois) alors que cette proportion atteint 13 % aprs six mois. Ces effets sont non ngligeables et affectent la cognition (concentration, rumination, distraction), lnergie (fatigue, difficults de sommeil) et les motions (culpabilit, deuil) des employs. Ils peuvent galement interfrer avec leur capacit de faire leur travail de faon optimale. Les diffrences dans lapplication des PGICS permettent dvaluer le rle de ces actions dans le processus de rcupration post-IC. Les rsultats de cette tude montrent que les protocoles de gestion peuvent avoir un effet sur le processus de rcupration. Les lments suivants ont des effets qui favorisent une acclration du processus de rcupration : la prsence dun superviseur sur les lieux; la prise en charge de la scne de lIC par un superviseur; une attitude respectueuse et empathique des diffrents intervenants; labsence de pression sur les employs pour quils poursuivent leur travail ou quils reviennent prmaturment; la dmobilisation (retrait de la scne dIC et retour la maison) et la prise de congs automatiques; loffre proactive de soutien par le programme daide aux employs; une procdure claire de retour au travail et dvaluation des capacits de lemploy reprendre sa vie professionnelle; une offre diffre de soutien en cas de besoin; un suivi effectu aprs le retour et un contexte de travail positif. Ltude montre donc que la gestion de lIC et le soutien offert par lemployeur sont des facteurs importants favorisant la rcupration des employs. Ce sont des attitudes et actions sur lesquelles les employeurs peuvent agir et qui sappliquent relativement facilement, sans engendrer de cots prohibitifs pour les entreprises; alors que pour dautres facteurs, comme la prsence de soutien social ou la complexit de lIC, les employeurs ont moins demprise. De plus, les entreprises ferroviaires ont des protocoles qui incluent la majorit des actions considres comme efficaces. Lapplication rigoureuse de ces protocoles constitue la premire tape vers lamlioration des pratiques et donc de lattnuation des effets ngatifs des IC.

https://www.irsst.qc.ca/en/publications-tools/publication/i/100968/n/gestion-incident-soutien-employ

Mise à jour : 3/2/2018

 
CRISE   ›  crise@uqam.ca
UQAM - Universit� du Qu�bec � Montr�al  ›  Mise � jour : f�vrier 2006